« L’Un de nous deux – Mandel / Blum »

de Jean-Claude Idée, Jean-Noël Jeanneney

« Un moment d’histoire raconté avec brio » «Une fresque historique passionnante »

Allemagne, Juin 1944. Georges Mandel et Léon Blum sont fait prisonniers dans un camp près de Buchenwald. Durant cette prise d’otage, les deux protagonistes se rencontrent et discutent de leur passion commune pour la politique.

«Une fresque historique passionnante » 
« Un moment d’histoire raconté avec brio »

Allemagne, Juin 1944. Georges Mandel et Léon Blum sont fait prisonniers dans un camp près de Buchenwald. Durant cette prise d’otage, les deux protagonistes se rencontrent et discutent de leur passion commune pour la politique. L’un prône les idées de Clémenceau, l’autre celles de Jaurès ; le premier défend la république, le second le socialisme. Or ces deux rivaux politiques se rapprochent face à une incertitude commune : quel sera leur sort suite à l’assassinat de Philippe Henriot ?

L’humour est fin, les idées brillantes et les tirades superbes. Au travers de débats passionnés, la pièce dépeint le paysage politique de la France de 1870 à 1944.

Le cynisme et la sévérité de Georges Mandel heurtent fréquemment la souplesse et la tolérance de Léon Blum. «Trop expliquer, c’est bientôt excuser» s’agace-t-il, «L’indulgence n’est pas loin de la complaisance ».

Mandel prône l’internationalisme « La nation n’est grande que par l’universel ». Le spectacle peint le portrait d’un homme engagé, manichéen et courageux face aux événements à venir «Mon sang froid est entier, il n’exige pas l’aveuglement», « Seul d’abord mais souvent prophète par la suite ». Léon Blum, quant à lui apparaît comme un homme de compromis, calme et généreux. Mais au travers de cette rivalité politique, s’instaure une admiration réciproque.

Le débat reste criant d’actualité « Les promesses inconsidérées sont le véritable poison de la République», ainsi que l’image qui en découle, celle d’une solidarité entre la Gauche et la Droite face au fascisme grandissant.

«Servie par ces deux interprètes, la politique s’incarne dans des registres profonds, ironiques et sensibles ou l’intelligence scintille et nous offre une leçon de démocratie » conclue le metteur en scène Jean-Claude Idée.

Une pièce destinée aux passionnés de politique, d’histoire ainsi qu’à tous les curieux !

Informations

16 septembre 2020 au 29 novembre 2020

Théâtre du Petit Montparnasse

31 rue de la Gaité 75014 Paris

Christophe Barbier, Emmanuel Dechartre, Simon Willame