Le cas Eduard Einstein

de Stéphanie Fagadau

«Un drame historique» «Brillant et Engagé» «Magnifique et Bouleversant»

La pièce commence dans une clinique psychiatrique à Zurich en 1932. Eduard, le fils d’Albert Einstein vient de se faire interner pour actes de folie et de schizophrénie. La relation entre Albert et Eduard s’avère tumultueuse.

«Un drame historique» «Brillant et Engagé» «Magnifique et Bouleversant»

La pièce commence dans une clinique psychiatrique à Zurich en 1932. Eduard, le fils d’Albert Einstein vient de se faire interner pour actes de folie et de schizophrénie. Entre la célébrité du génie et l’impuissance du père face à la démence du fils, la relation entre Albert et Eduard s’avère tumultueuse. Avant son exil aux Etats-Unis, Albert vient saluer une dernière fois son fils.

La pièce dessine les contours d’une relation tragique entre un père et son fils. Un génie éclairé, un humaniste engagé, un savant reconnu dont le fils reste le seul problème sans solution. Démuni face à cette situation dramatique et terrifié par la monstruosité du délire d’Eduard et par l’abandon de sa raison, Albert Einstein s’interroge. Est-ce le père qui a commis une faute ? Serait-ce les affres d’une enfance tourmentée ? Expliquer serait faire injure à la souffrance ? Le fils représente un vivant reproche envers sa paternité. «Dans les folles visions d’Eduard, je n’ai jamais pu construire une image de père» confie Albert pour justifier son absence.

La pièce traite avec une extraordinaire sensibilité la démence, la souffrance des proches et le rejet des autres. Le spectacle peint une vision tragique des traitements abusifs appliqués à cette époque dans les asiles, dans lesquels les patients étaient dénués de toutes pensées sous l’absorption exorbitante de médicaments.

Enfin, la pièce amène un débat brillant sur la science et le rôle d’Albert Einstein dans la seconde guerre mondiale. Est-il le père fondateur de la bombe atomique? A-t-il crée « une science sans conscience » ? Est-ce un mauvais génie ne voulant pas endosser sa responsabilité dans la création d’une arme redoutable?

L’interprétation d’Hugo Becker est remarquable et Michel Jonasz apparaît méconnaissable.

Ce spectacle poétique révèle avec intelligence et finesse la tragédie méconnue d’un génie du 20ème siècle, et dont le plus grand drame porte le nom d’Eduard.

Informations

12 avril 2019 au 5 mai 2019

Comédie des Champs Elysées

15 avenue Montaigne , 75008 Paris

Michel Jonasz, Hugo Becker, Josiane Stoleru, Amélie Manet, Jean-Baptiste Marcenac, Pierre Benezit